Microcrédit

Soutien à l’autonomie des femmes rurales dans le district de Dankpen

Le projet vise à améliorer les conditions de vie et les conditions sociales des femmes rurales et à augmenter leur niveau d’éducation et de formation. Les initiatives locales et la vie communautaire seront soutenues afin de générer des revenus qui profiteront aux femmes. Il s’agit également de développer une bonne administration dans les zones rurales.

Après le lancement réussi du projet des femmes rurales en 2020 avec 20 femmes, 60 autres femmes seront intégrées chaque année dans le programme depuis 2021 et auront ainsi la chance de suivre une formation initiale ou continue.

Le projet se compose de trois parties :

  • Alphabétisation des membres dirigeants de l’autogestion et des groupes de femmes. Cela se fait dans des centres propres avec les enseignants et le matériel pédagogique appropriés. Les participantes bénéficient d’un accompagnement permanent.
  • Soutien à l’amélioration des possibilités économiques des femmes. Il est prévu de verser environ 152 euros par groupe sous forme de revenus récurrents, avec un taux d’intérêt de 5 % sur 12 mois. Les crédits remboursés et les intérêts sont placés dans le système de manière à ce qu’un maximum de femmes puissent progressivement bénéficier du programme.
  • La gestion et le suivi du projet sont assurés sur place par l’ONG A.DE.D.E. (Action Développement Femmes et Enfants). Il s’agit d’une société de développement local qui n’est affiliée à aucune organisation religieuse, politique ou syndicale.

Les revenus doivent être générés en premier lieu par l’agriculture. Le secteur rural sera le moteur de la croissance économique du Togo à moyen et à long terme, étant donné que 85 pour cent des gens vivent à la campagne et que 80 pour cent travaillent dans l’agriculture. Des enquêtes menées par le ministère de la Culture montrent que 75 pour cent de la population totale et 98 pour cent des femmes rurales sont concernés. La proportion excessive de femmes analphabètes dans la préfecture de Dankpen les empêche d’obtenir la valeur souhaitée dans leur travail dans les champs et dans le commerce des marchandises produites, en raison du manque de compétences et de connaissances spécifiques. Le projet vise à remédier à cette situation. Les femmes doivent être formées à la culture des légumes, au stockage et au commerce des marchandises produites, et les crédits temporaires doivent y contribuer.


Après le programme de formation théorique, toutes les femmes ont cultivé du soja dans leurs champs. Les surfaces cultivées varient entre 1 et 1,5 hectare, selon la capacité, certains champs étant juxtaposés. Les femmes travaillent souvent en groupe et s’organisent pour s’entraider afin de désherber leurs champs.

Nous serions très heureux de recevoir un soutien financier.